dimanche 29 juillet 2012

Non, je ne changerai pas…

Non, inutile de supplier !

J'entends bien les longues suppliques montant des plages de Sète et d'ailleurs pour que je change ce billet de brin un tantinet abscons et chiant mais pas plus que les autres illisible sur lequel vous vous êtes apparemment cassé les yeux, mes lecteurs bien-aimés. 


Sachez que des générations de juristes et de gestionnaires locaux se sont cassé les dents sur ce dossier de mares et d'aéroport. Alors, quelques jours, c'est bien peu ! Et vous, c'est seulement les yeux, le reste est intact. Sauf si vous avez essayé de croquer votre écran, mais là, je ne peux rien pour vous.

Arrêtez d'hululer, vous empêchez votre voisin de serviette d'entendre NRJ.

Je connais ces jours-ci une manière de léthargie qui fait logiquement suite à l'espèce de frénésie qui m'a saisie les jours précédents et que vous êtes bien placés pour avoir remarquées (les deux, la frénésie et la léthargie, s'il faut que je justifie mon pluriel).

Votre quasi mutisme sauf ces dernières heures me va donc très bien  (smiley qui allonge sa natte sur la plage).

Je ne ferai pas de nouveau billet avant que le précédent n'atteigne les 1000 commentaires !

Parole de Carine !

Celui ou celle qui postera ce commentaire décisif gagnera un bunker dans le Montana, à côté de ceux offerts par le Pélicastre.
Ou dans un autre état si vous préférez. Je verrais assez bien le Vermont, pour ma part. Il n'y fait pas trop chaud l'été et c'est très beau l'hiver.

Allez, appliquez-vous, prenez votre temps…





30 commentaires:

  1. Il n'y a pas à dire, c'est le pied!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca fait rêver, n'est-ce pas ?
      Amitiés !

      Supprimer
  2. Bonsoir Carine
    Si en plus de vos excellents billets, vous publiez de telles photos, je ne vais plus hésiter à prendre un abonnement à l'année ! Pis, je suis admiratif de votre extraordinaire souplesse, je veux dire que je n'ai jamais réussi à mettre "les doigts de pieds en bouquet de violette" et oui, je suis trop raide (des orteils).
    Blague à part, G.Mevennais est mon pseudo que vous avez peut-être remarqué sur d'autres "blogpotes", comme moi, j'ai remarqué ici, l'intervention de nombreux "copains" commentant sur les mêmes blogs.
    Bien amicalement. Gilles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faites, Gilles !
      Abonnez-vous !
      Ce blog vise l'audience planétaire, comme vous le savez, mais faut bien commencer avec les potes !
      Ils sont présents et je les en remercie.
      Vous en faites désormais partie.
      Amitiés

      Supprimer
  3. 1000 coms et un bunker en vue, bon on va essayer ...

    Etant également (comme Gilles) en plus, paralysée des orteils....je n'ai que des raisons de penser à rejoindre le Montana.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. …ou le Vermont !
      Je demanderai au patron à être missionnée pour prospecter.

      Mais les 1000, c'est sur le billet précédent, hein !
      Sinon, on n'y arrivera jamais.
      Fais des exercices avec tes orteils, comme la fille de la photo. Entraîne-toi. Tu verras, on peut toujours s'améliorer ^^
      Evidemment, pas quand il fait trop chaud, faut se ménager quand même …

      Supprimer
  4. Je vais depuis bien longtemps en Normandie, et le week-end dernier, j'ai eu la (mal)chance d'aller sur la plage.. Et à chaque fois que je vais sur la plage, je me rends compte qu'en plus de m'ennuyer un peu, je m'énerve aussi rapidement que je me détends..
    Je commençais à m'assoupir (chose qui m'arrive rarement sur une plage), et là, ça a commencé avec un poste stéréo d'un groupe à côté qui balançait de la "musique mcdo" (boom-boom) et ensuite, 3O minutes après, et c'était les djumbés.
    Comme d'hab', je commence à monter dans les tours et à me dire "j'en ai marre de ces fachos qui dès qu'il fait beau vous obligent à écouter leur musique de merde, et que si tu dis quelque chose, tu te fais envoyer chier sous prétexte d'être un gros con qui empêche les gens (jeunes, catégorie sociale pour laquelle j'ai de plus en plus de mépris) de vivre leur liberté de jeune qui aiment la musique.
    Désolé, ce n'est pas le propos du billet, mais ça reste peut-être dans le thème.
    J'ai l'impression qu'on est obligés, dans certains lieux publics, de supporter la joie de certains,au détriment du calme. Merde, qu'ils aillent dans les dunes, qu'ils ne se donnent pas en représentation comme ça, moi j'en ai rien à foutre des percus, des garçons de plage nostalgiques de woodstock...
    AH oui, il y a aussi les raquettes de plage, qui font TAC TAC. Bravo les constructeurs de jeux de plage en bois. Ca fait chier tout le monde...
    Houlà, désolé Carine, j'ai pris votre page de commentaires pour une tribune, mais je suppose que vous comprendrez peut-être mon problème, et je dois faire la confidence que je vais très peu sur la plage. Plus je vieillis, plus j'aime la tranquillité, et surtout la liberté d'être tranquille.
    Bon début de semaine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est une tribune générale ici, Pierre !
      Ca s'appelle "Sécession intérieure" donc ça dit bien ce que ça veut dire !

      Je ressens la même chose, donc je ne m'étale JAMAIS sur la plage, d'autant que je fuis la bronzette.
      Même quand je me baigne, alors que tout est chouette et que tout vous incite à la tranquillité, il y a toujours des petits hurleurs qui font leur métier à chaque vaguelette qui vient les surprendre ^^
      Ca m'énerveuhhhhh ! Je ne me souviens pas d'avoir jamais hurlé sur une plage ou dans l'eau.

      J'ai envie de leur dire de hurler moins fort, mais en principe, leurs parents sont là pour ça.
      Ce n'est pas bien méchant, mais ça serait bien si, sans du tout les empêcher de profiter du moment, les parents leur apprenaient à apprécier sans hurler comme des singes en forêt.

      C'est comme parler fort en montagne, meilleur moyen de ne croiser aucun animal sur son chemin.

      Sinon, il y a quelques jours, j'ai vu deux gamins qui se lançaient du sable sec, comme des boules de neige…
      Ils quittaient la plage, en suivant leur père chargé comme un baudet (eux ne portaient ni natte, ni serviette, ni rien). Et ils se balançaient du sable en en faisant profiter les gens qui les croisaient… et qui leur disaient qu'ils allaient se bousiller les yeux.
      Le père, lui, continuait sa route, tranquille, en oubliant complètement les deux autres jeunes imbéciles. C'était comme si c'était à la société de dire aux deux garçons d'arrêter…

      Incroyable ! Dans ce cas, j'ai des envies de bazooka…

      Donc, quand nous allons à la plage : dépôt rapide des sacs avec serviettes, dépôt de godasses, vite la mer, plongée dans les vagues quand il y en a, tentatives de s'abstraire en petite cellule familiale, débreefing de la journée, sortie, rassemblage des affaires et vite la voiture…Pas pour nous les doigts de pied en éventail ^^

      Supprimer
    2. Aahh.. Heureux que ce post ne soit pas tombé à l'eau alors...
      C'est un véritable scandale quand le parent n'intervient pas en tant que Parent. A la limite, quand je vois des gamins faire des conneries, ça m'énerve moins que quand les parents sont présents, laissent faire leurs gniards. Vous l'avez bien décrit avec l'exemple du sable.
      Le plus haut point de mon mécontentement, c'est que ces enfoirés de parents appuient leurs rejetons quand ils troublent la classe, que le carnet de correspondance revient en classe, avec un mot des parents qui engueulent le prof! A chaque fois ça me rend dingue, et j'en arrive même à éprouver de la nostalgie pour une époque que je n'ai pas connue, celle de mes parents. Ou le prof, à l'ancienne, avait de l'autorité.
      J'ai l'impression qu'au nom de la liberté ou de je ne sais quel principe, on fait passer l'autorité pour quelque chose de méchant. Du coup tout le monde morfle à cause du non-respect de ce principe, personne ne veut cibler les parents, qui sont responsables de sales morveux, et on laisse des quartiers, être empoisonnés par des enfants à qui on n'a le droit de ne rien reprocher. A force de donner du droit aux enfants dans notre pays, on n'en oublie le caractère naturel de l'enfant, cette chose qui fait que l'enfant a besoin d'un dressage, comme les chiens, pour comprendre ou il doit marcher. Ce n'est pas pour comparer vulgairement, mais l'enfant quand il naît, est à l'état animal, et il a besoin d'autorité quand il fait des conneries.
      Allez, j'arrête car je m'énerve tout seul, et ça sert à rien. Ces gosses et ces parents, faut les faire marcher au pas. En discutant avec un militaire, son sentiment a été que la plus grosse erreur fut d'arrêter le service militaire. Il ne se trompait peut-être pas...

      Supprimer
    3. Et Chirac n'est pas de droite...
      Tiens c'est drôle, ils l'adorent en ce moment au ps. Ca m'étonne qu'à moitié, ils adorent les mous.. Ah! Ah!

      Supprimer
    4. "cette chose qui fait que l'enfant a besoin d'un dressage, comme les chiens, pour comprendre ou il doit marcher."

      je ne dirais pas ça quand même.
      Je parlerais d'éducation, plutôt que de dressage.
      Du moins pour les enfants capables de comprendre ce que l'on attend d'eux.

      Pourquoi mentionnez-vous Chirac ?

      Supprimer
    5. Quant au service militaire, je pense que l'armée a vu les choses venir.
      Elle s'est dit "on ne viendra jamais à bout de "ces jeunes-là", ils refuseront toujours de se plier aux ordres."
      L'armée n'a pas voulu les affronter, comme doivent le faire les policiers et les enseignants…
      De plus, son but n'est pas forcément de former des soldats qui vont se tourner contre nous. Donc le service militaire obligatoire a été supprimé par Mitterrand, juste à temps…

      Supprimer
    6. Zut, j'ai fait preuve d'une belle erreur.
      Je croyais que c'était Chichi qui avait supprimé le service.
      Je ne l'avais pas vu de cette manière pour l'armée, et c'est vrai que ça sert à rien de faire perdre du temps aux soldats avec des mecs qui ne se plieront jamais..

      Supprimer
    7. Je comparais éducation à dressage, car lorsque le sujet est réticent à obéir, le parent doit à force de gestes répétés, de mots parfois un peu hauts, guider l'enfant vers le droit chemin.
      En effet, ce n'est pas la même chose, mais en comparant les méthodes, je trouve qu'on a une certaine similitiude.
      Ce n'était en aucun cas pour comparer vulgairement un enfant à un animal, bien entendu. Mais l'homme n'est-il pas un animal social, doté d'une conscience?

      Supprimer
    8. Vous n'aviez pas fait d'erreur, ça vient bien de Chirac.

      "Mais l'homme n'est-il pas un animal social, doté d'une conscience?"
      De moins en moins, semble-t-il.
      Certains n'ont aucune conscience du bien et du mal, ou plus simplement de ce qui se fait dans une société et de ce qui ne se fait pas.
      Ils arrivent dans une société policée (avec des millénaires de tâtonnements) sans aucune conscience morale. Et ils sont orientés vers le clash, en plus du reste.
      Ca ne peut pas fonctionner…

      Supprimer
    9. Je pense que ma naïveté et mon optimisme m'ont toujours fait défaut. Je vous cache pas que cet optimisme s'effrite un peu plus chaque jour , et que vous n'avez pas tort de souligner ce point. Même les plus modérés finissent par en avoir ras-le-bol.
      Tiens, anecdote. Le maire de Gennevilliers, PCF, a rapatrié 2 encadreurs musulmans qui faisaient le ramadan. Du fait qu'ils jeûnent, ils étaient potentiellement dangereux dans leur mission d'encadrement. C'est drôle de voir un mec de gauche vilipender des musulmans. C'est la moitié de la ville. Mais je ne m'aventurerai pas à croire que l'espoir puisse venir du communisme. Il y a anguille...

      Supprimer
    10. soyez rassuré, Pierre.
      Il a déjà fait marche arrière et amende honorable, votre maire communisss.
      Fallait voir la satisfaction des immondes hier soir à la télé !

      Supprimer
    11. J'ai entendu ça ce matin.
      Le pire est que je n'en fus même pas étonné.
      Le pc dépend du ps, qui dépend des communautés. Tout sera verrouillé de ce côté!
      Ca contribue un peu plus, chaque jour, à remettre en cause les racines du pays..
      Surtout que ces racines avaient fini par se moderniser.
      jésus chute, mahomet monte, comme si il fallait absolument que les 2 soient à égalité, comme si l'islam avait contribué à une partie profonde de l'histoire de France.
      Quand on sonde un peu par ci et par là, on voit que les gens sont en colère, et qu'ils prennent même cela comme une provocation.
      Cas étonnant, même des athées, presque agnostiques, prennent part au débat, et pensent que L'Islam est une réelle menace si on ne fait rien.
      N'oublions pas que durant les guerres de religion, on s'est fait des ennemis, qui ont gardé et nourri une vengeance à l'égard des chrétiens.. et que le rêve absolu est de nous inculquer leurs valeurs...
      Tristesse de l'époque, ou même les profs de cathé de villages ne peuvent plus enseigner depuis 7 ans maintenant, car les élèves sont devenus odieux. Les parents n'éduquent plus, et le message de paix autour duquel la France s'est construite, et complètement entrain de couler...
      Ca me fout les boules d'imaginer juste une seconde que les valeurs que j'ai reçues, les bonnes valeurs, puissent être considérées un jour comme désuètes..

      Supprimer
    12. Quand je parle de bonnes valeurs, je ne veux pas dire que seules les miennes sont bonnes. Ce n'était pas le propos et n'estime pas qu'il y a un seul chemin pour devenir quelqu'un de bien, ou du moins respectueux de ses pairs

      Supprimer
  5. Bonsoir Carine
    Je suis désolé, je n'aime pas contredire... mais le service militaire obligatoire a été aboli dans la période 96/97 et c'était bien Chirac et non Mitterrand qui était président à l'époque n'est-ce-pas ? Remarquez, je pense que cette réforme devait être dans les cartons bien avant que la loi de suppression ne fut votée, ainsi, on peut penser que les deux présidents partageaient le même point de vue sur ce sujet.
    Bien amicalement. Gilles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez parfaitement raison !
      Je croyais que ça venait de Mitt'rand, mais non, c'est plus récent, d'après wiki.

      "21 juin 2000 : en réaction aux actions des derniers sursitaires, le Ministre de la Défense annonce devant l'Assemblée nationale que les titulaires de CDI seront désormais exemptés de fait.
      6 novembre 2000 : le ministre de la Défense, Alain Richard, a annoncé des mesures de valorisation pour les derniers appelés au Service national : la libération anticipée au bout de 8 mois de service pour les appelés trouvant un CDI pendant cette période et une prime de 4 000 F pour ceux qui iront au bout des 10 mois.
      27 juin 2001 : Décret n°2001-550 du 27 juin 2001 relatif à la libération anticipée des appelés du service militaire le conseil des Ministres lance un décret mettant fin à la conscription, anticipant la fin de la période de transition de quasiment une année. Les appelés militaires déjà sous les drapeaux sont tous libérés au 30 novembre 2001, chaque contingent effectuant un mois de service en moins que le contingent précédent. Les derniers objecteurs de conscience sont libérés en juillet 2002."

      Donc, il y a eu un temps de transition où les conscrits recevaient une prime pour aller au bout des 10 mois…
      Je ne vois pas trop non plus comment on pouvait trouver un CDI pendant qu'on faisait son service militaire, mais bon…

      Ne soyez pas désolé et merci d'avoir contredit ^^

      Supprimer
  6. Pierre et Gilles:
    j'ajoute seulement que la suppression du service militaire obligatoire pour les garçons, qui à mon sens, tient compte de la difficulté voire de l'impossibilité d'encadrer les "jeunes" bi-nationaux (primo ils sont in-encadrables, deuzio pourquoi leur apprendre le maniement des armes qu'ils vont retourner contre nous, alors qu'ils peuvent le faire auprès des talibans) a une autre conséquence, sinon une autre raison :

    du coup, les jeunes Français mononationaux, c'est-à-dire nous, nos hommes, ne bénéficient pas non plus d'une formation au maniement des armes, ni d'un apprentissage de la discipline dans le combat, ni du respect de la hiérarchie et des ordres en cas de malheur.
    Ce qui fait manifestement partie d'un plan de dislocation de notre nation et du désarmement des citoyens face à une probable guerre civile.
    Ajoutez à cela la loi d'interdiction de détention d'armes chez soi et vous avez un beau futur massacre, comme dirait Pakounta.
    Il a raison.

    Je ne fais pas l'apologie de la guerre, ne vous méprenez pas !
    Mais je sais qu'elle viendra, tout le monde sent venir la guerre civile, elle a d'ailleurs largement commencé.
    Et nous sommes complètement désarmés, matériellement et mentalement.
    Face à un ennemi puissamment formé et armé, bas du front et sans aucune conscience morale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si la réalité est en adéquation avec vos dires, alors en effet, c'est très très chaud.
      Un symptôme qui m'a frappé, c'est le glissement des modérés vers l'extrême.
      Personne au ps ni à l'ump n'a osé se dire que si même les modérés passent à l"extrême", c'est que les partis courants ont mal fait leur boulot.
      Mon propos ne condamne pas l'adhésion à un quelconque parti, loin de moi; mais en revanche ce que je condamne, c'est l'inaction de nos partis, suffisamment malins pour laisser courir une situation pourrie, tout en la maintenant, afin de garder une infinie source d'argent fournie par les travailleurs...

      Mais notre pays est tellement lissé, et ça j'en veux à la gauche particulièrement, qu'on ne peut même plus appeler un chat un chat. Les problèmes n'existent plus, quand les mots nous ennuient, quand la réalité est trop dure, ils savent trouver des synonymes pour ne pas froisser leur électorat.

      Et je me doutais bien que vous ne faisiez pas l'apologie de la guerre, votre écriture et vos opinions ne m'ont pas laissé penser ça un instant.
      Ne vous inquiétez pas, j'ai bien compris que vous aviez du bon sens.

      Supprimer
    2. Il n'y a pas véritablement de glissement vers les extrêmes, je pense.

      Mélenchon fait à peine 2% et Marine le Pen fait un bon score, certes, mais ses propositions sociales ne la placent pas à l'extrême-droite.
      C'est une grosse imposture de ses opposants que de vouloir la disqualifier en tant que telle. Si disqualification il pourrait y avoir pour cette raison-là.
      Elle se place complètement dans les rouages de la "république" (mot si cher à Valls), cela n'empêche pas ses ennemis de la qualifier d'anti-républicaine…

      Normalement, si les gens étaient conscients, elle aurait au moins dû figurer au 2ème tour.

      Mais "les gens" sont ce qu'ils sont. Naïfs, peu informés et influençables.
      Je vais d'ailleurs en faire un billet demain, si j'ai le temps.
      Sur "les gens".

      Supprimer
    3. J'en uis de plus en plus convaincu. MLP n'est pas plus une marginale au vu des vers pourris qu'on entretient dans notre pomme.
      Avez-vous vu la vidéo de la fille à Bruxelles qui se fait harceler par des sales mecs, en plein jour, dans la capitale Européenne?
      La vidéo fait froid dans le dos. Vous parliez de bazooka, je vais rajouter un tank!

      Supprimer
    4. Non, je n'ai pas encore regardé, Pierre, je le ferai demain car ça va m'énerver.
      Je me doute de ce qu'elle montre.
      Les contradicteurs disent que son choix de quartier de tournage est "raciste".
      Bin voyons !
      Comme si elle inventait les injures et le harcèlement…

      Elle aurait dû faire son film dans les quartiers préservés, s'il en reste encore.
      J'imagine qu'elle n'aurait pas rapporté grand chose sur sa pellicule.

      Supprimer
  7. « tout le monde sent venir la guerre civile, elle a d'ailleurs largement commencé. »

    Là je suis d'accord avec vous. Elle a déjà commencé, silencieusement, mais nous sommes dans une forme de guerre civile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On nous a désarmés, dans tous les sens du terme, décérébrés, impuissantés, déculturés, dépaysés.
      On nous ruine, sciemment, volontairement, inexorablement.
      On nous remplace.
      On nous achète ce que nous vendons pour continuer à payer les aides de tout poil à ceux qui nous spolient.

      Bref, cela va encore empirer, nous sommes d'accord.

      Supprimer
  8. Oui, enfin, quand vous dites "on", Carine, c'est bien pratique, car "on" a activement participé à ce que vous décrivez plus haut. Dans bien des cas, vous auriez pu remplacer le "on" par le "nous". Et d'ailleurs ça continue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous ? Non. Certains parmi nous.
      Disons les 83% des votants/présidentielles qui en redemandent, Georges.
      Plus les abstentionnistes qui n'en ont rien à faire, qui ne disent mot et qui consentent.

      Supprimer